En japonais, le kanji kara signifie le « vide », plus précisément la « vacuité » au sens bouddhique du terme ; te est la main et, par extension, la technique avec laquelle on la réalise. Dō signifiant « voie », karate-dō peut être traduit par « la voie de la main vide » et/ou « la voie de la main et du vide », compris dans le sens « la voie de la vacuité (au sens bouddhique/zen), réalisée par la main (les techniques) » et/ou dans le sens « la voie des techniques sans armes (dans la main) », les différentes interprétations ne s’excluant pas mutuellement. 

À l’origine, « karaté » était écrit avec les kanjis  (tō-de : « main Tang » ou « main de Chine »). En 1935, en raison de la montée du nationalisme japonais et aussi, surtout, à cause de l’antagonisme sino-japonais, et pour faciliter la reconnaissance et la diffusion du karaté, Gichin Funakoshi a remplacé ces kanjis pour « gommer » l’origine chinoise, sacrifiant ainsi à l’usage japonais du moment (remplacement par des kanjis de prononciation équivalente, d’« origine » japonaise). (wikipedia)